S'identifier - Contact

Stephanie : "Nous avons besoin de Réseaux Sociaux Portables Structurés (RSPS)"

Par xtof • Actualités • Vendredi 17/08/2007 • 4 commentaires  • Lu 4959 fois • Version imprimable

Un billet de StephanieBooth qui aidera à nourrir l'effort pour résoudre le problème posé de "Portabilité des Réseaux Sociaux". La traduction en cours, publiée à des fins de compréhension personnelle sous FairUse. Seul le lien original fait référence. Si vous souhaitez aider raffiner le contenu, vous pouvez me laisser un commentaire ou retoucher directement le document sur mon wiki de travail personnel.

"Nous Avons Besoin de Réseaux Sociaux Portables Structurés (RSPS)"

Nous avons besoin de réseaux sociaux que l'on puisse importer/exporter d'un outil/service à l'autre. Nous avons également besoin de pouvoir structurer ces réseaux sociaux qui contiennent souvent un nombre important de personnes. Nous avons besoin de réseaux sociaux portables structurés.

En défilant dans ma poubelle à e-mails pour rendre compte des spams, je suis tombée (tout à fait par hasard dois-je dire) sur un bel e-mail de Barney qui travaille chez Lijit. Barney me demandait si j'avais quelque réaction, que je donnerai dans mon prochain billet, parce que j'ai besoin ici de divaguer un peu.

Lijit est un outil vraiment marrant et intelligent qui permet de chercher dans la présence en ligne complète d'une personne, un remède, dans un sens, à la fragmentation de plus en plus croissance de l'identité ce qui m'ennuie de plus en plus de nos jours. En fait, ça m'ennuyait déjà vraiment il y a quelques mois, quand j'écrivais Please Make Holes in My Buckets :

Ainsi, voici un trou dans les seaux que j'apprécie vraiment : j'ai vu ça dans beaucoup de services, mais la première fois que j'ai vu ça, c'était sur Myspace. “Laissez-nous jeter un oeil dans vos contact GMail et nous vous dirons qui a déjà un compte — et vous laisserons inviter les autres.” Quand j'ai vu ça, cela m'a effrayé (”OMD ! Myspace fourrer son nez dans mon e-mail !”) mais je trouvais ça aussi vraiment excitant. Maintenant ce serait même mieux si je pouvais dire “importe mes amis et famille à partir de Flickr” ou “laisse-moi choisir parmi mes copains de Messagerie Instantanée”, mais c'est un bon début. Oui il y a un danger : non je ne veux pas spammer d'invitations aux 450 adresses inconnues que vous trouverez dans mes contacts, merci beaucoup. Plaxo est un moyen de faire (je l'ai vu critiqué mais ne peux pas précisément me souvenir pourquoi). Facebook fait ça, ce qui veut dire qu'en moins de deux minutes vous pouvez déjà avoir des amis dans le réseau. Twitter ne fait pas ça, ce qui veut dire que vous devez minutieusement aller sur les listes des amis de vos amis pour démarrer. Je pense que coComment et tout service “friend-powered” devrait désormais nous donner la possibilité d'importer les contacts de cette façon. Et oui, bien sûr avec les problématiques de vie privée.

Une chose dont a besoin d'urgence le monde du 2.0 c'est une façon d'abstraire (jusqu'à un certain stade) le réseau social que les utilisateurs créent pour eux-même à partir du service spécifique auquel il est lié. Nous avons besoin de réseaux sociaux portables. Plus que ça en fait, nous avons besoin de réseaux sociaux portables structurés (RSPSs). J'ai déjà écrit que pouvoir donner une structure à une “liste de contacts” (à travers des “groupes de contacts” ou des “groupes de copains”) est vital si nous voulons gérer efficacement la vie privée (dans mon billet épouvanttablement long mais vraiment important— de mon point de vue bien sûr — “Groups, Groupings, and Taming My Buddy List. And Twitter.“) :

Je pense personnellement que c'est aussi la clé pour gérer intelligemment beaucoup de problématiques de vie privée. Comment j'organise les gens dans mon monde ? Bon bien sûr, c'est vague, ça se déplace et ça change. Mais si je regarde ma liste de copains sur la messagerie instantanée, je pourrais remarquer que j'ai classé là les gens jusqu'à un certain stade : je pourrais avoir des “amis proches”, des “co-travailleurs”, des “amis de blog”, des “amis hors-ligne”, des “amis IRC”, des “girlfriends”, des “ex-clients”, des “harceleurs ennuyeux”, des “autres gens”, du “support tech”… je pourrais ne pas vouloir rendre public à quels groupes apartiennent mes amis, ou pire, leur faire savoir (tout spécialemnet si je les ai mis dans les “harceleurs ennuyeux” ou en “support tech” et douter qu'ils aient pu me placer dans “best friends” ou “love interests”… oui, les relations humaines peuvent être compliquées...)

Flickr offre une version à moitié fini de cela. […]

Un moyen plus utile de laisser un utilisateur organiser ses contacts est de simplement lui laisser les taguer. Xing fait ça. Malheureusement, il ne permet pas de faire beaucoup de choses avec les groupes de contacts ainsi définis, si ce n'est de pouvoir afficher les contacts par tag [...].

En fait, nous avons besoin de réseaux sociaux structurés non seulement pour gérer nos problématiques de vie privée, mais aussi (et c'est en rapport si vous y réfléchissez) de traiter la fatigue du réseau social qui semble frapper bon nombre d'entre nous. En fait, je me suis retenue d'écrire un billet plus détaillé en réponse au billet de danah expliquant que Facebook est pour elle en train de perdre son contexte — quelque chose que je décrirais, en mes mots, comme “Facebook est en train de devenir impossible à gérer d'une façon qui fasse sens avec ma vie et mes relations.” Voici ce qu'elle dit :

Le soupir. J'ai perdu la maîtrise de mon Facebook ce soir. Ou plutôt le contexte s'est fait détruire, j'ai ignoré la plupart de mes demandes d'amitié. Ce soir, j'ai lâché prise et accepté la plupart. Je me suis retrouvée face au dilemme précis que j'écris dans mes articles : qu'est-ce qui constitue un “ami” ? Où est la frontière ? Pour Facebook, je n'acceptais que des demandes d'amitiés provenant de personnes avec qui j'avais été à l'école et de personnes que j'avais rencontrées à la maison. Mais que penser des personnes avec qui j'apprécie de parler dans les conférences ? Que penser des personnes si gentilles qui lisent et commentent sur ce blog ? Que penser des personnes que je respecte ? Que penser des personnes qui apprécient ma recherche mais que je n'ai pas encore rencontrées. J'ai commencé à me sentir coupable au fur et à mesure que les personnes me "pokaient" et me demandaient par e-mail pourquoi je n'acceptais pas leurs demandes en amitié. Mes liens personnels ne comptaient pas - mon acte d'ignorance était considéré comme impoli par ceux qui ne partageaient pas mes attentes sociales. - danah boyd, loss of context for me on Facebook

Je pense que ce que danah exprime ici est une explication possible de la manière dont les persones sont dans un premier temps vraiment excitées sur les sites/services/outils/tout ce que vous voulez ayant trait au réseau social (les YASNs) et puis les abandonnent à un certain stade ou quand la “liste de contacts” devient ingérable. Au début, ce n'est pas tout le monde qui est sur le YASN : juste nous les early adopters geeky — et au début, juste quelques-uns parmi nous. Nous avons environ une dizaine de contacts. Puis ça grandit : 30, 50, 60… Nous sommes des personnes hautement connectées. Comme danah, bon nombre d'entre nous sont en quelque sorte des personnages publics. En partant des “amis de coeur”, nous commençons à recevoir des demandes provenant de personnes qui font partie de notre réseau mais ne collent pas dans le segment que nous voulons réserver pour ce YASN. Nous commençons par refuser les demandes, et puis capitulons, et ensuite beaucoup de la valeur que le YASN pourrait avoir se perd.

A moins que les YASNs ne nous offrent un moyen facile de structurer notre réseau social, ceci arrivera encore de plus en plus. Pour le moment, Pownce et Viddler me permettent de structurer mon réseau social. Beaucoup de travail à besoin d'être fait dans le département interface pour ce type de fonctionnalité. (Oui, Twitter, je vous regarde. Vous avez dit “bientôt”.)

Ainsi, pour résumer, nous avons besoin d'outils de services qui construisent nos réseaux sociaux

  • portables : de façon que nous puissions importer et exporter nos relations vers d'autres personnes d'un service à un autre
  • structuré : de façon que nous puissions gérer le nombre énorme de relations, avec des degrés d'intimité variables et très personnels, qu'ont les personnes hautement connectées.

Mise à jour, environ une heure plus tard : Kevin Marks me pointe vers portabilité de réseau social sur le wiki des microformats. Ouais, j'aurais du faire mon devoir, mais rappelez-vous, ce billet a démarré comme une réponse rapide à un e-mail. De toutes les façons, c'est bon. Il y a de l'espoir.



Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Commentaires

Lien croisé par Anonyme le Samedi 18/08/2007 à 02:19

We Need Structured Portable Social Networks (SPSN) at Climb to the Stars (Ste : "Christophe Ducamp s'est lancé dans une traduction de cet article. Allez donner un coup de main ou bien en profiter, selon vos compétences! Je n'ai pas lu cette traduction, mais je suis certaine qu'elle est utile. Merci Christophe! "


Lien croisé par Anonyme le Lundi 28/01/2008 à 22:29

Identité en ligne de qui de quoi - SansFiltre : "We Need Structured Portable Social Networks (SPSN) (et une traduction en français par Christophe Ducamp )."


Lien croisé par Anonyme le Mardi 22/07/2008 à 08:58

Climb to the Stars (Stephanie Booth) » 2007 » August : "Christophe Ducamp s'est lancé dans une traduction de cet article. Allez donner un coup de main ou bien en profiter, selon vos compétences! Je n'ai pas lu cette traduction, mais je suis certaine qu'elle est utile. Merci Christophe![en]Scrolling through my “trash” e-mail address to report spam, I spotted (quite by chance, I have to say) a nice e-mail fro"


Lien croisé par Anonyme le Vendredi 12/06/2009 à 07:46

Tag - données personnelles - SansFiltre : "We Need Structured Portable Social Networks (SPSN) (et une traduction en français par Christophe Ducamp )."



Meta

en train de lire le livre de John Allsopp ! Christophe G. Ducamp

Communication, Innovation & Marketing

mobile +33 632 039 796

1 rue des Poissonniers
75018 Paris France

Je suis un Explorateur du Web

Attention...

... ce site personnel est un terrain de jeu expérimental et ne se veut pas un modèle à suivre pour être CHIC. En bricolant un peu, il pourrait naturellement le devenir. Mais n'étant pas web-designer, j'essaierai durant les prochains mois de trouver du temps pour rejoindre la communauté des utilisateurs de Viabloga afin de tenter de reprendre la main sur le gabarit xhtml et le rendre plus conforme aux bons vieux standards du Web. En attendant, toutes les expériences des microformats sont désormais déroutées sur la communauté des microformats où nous amorçons un premier groupe francophone de passionnés prêts à soutenir l'effort.

Muses (Inspirations)